EA2496 / Recherche - EA2496

Equipe d’accueil EA 2496

« Bienvenue  sur le site du laboratoire « Pathologie, Imagerie et Biothérapies orofaciales» EA2496 de l’Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité situé à la Faculté de Chirurgie Dentaire à Montrouge ».
 Le thème central de recherche du laboratoire est l’étude et la reconstruction des tissus orofaciaux.

La sphère orofaciale est un carrefour biologique original ; une grande partie de ses structures (os, mésenchyme dentaire…) dérive en effet des crêtes neurales. Cette origine embryologique distingue le squelette craniofacial du squelette appendiculaire et lui confère des propriétés particulières encore à explorer. De par sa localisation anatomique, la sphère orofaciale est exposée à des atteintes sévères. Elle peut être le siège de traumatismes ou de pathologies, souvent liées à une infection bactérienne comme par exemple la carie dentaire ou les parodontites. Les traitements conventionnels de ces pathologies sont invasifs et n’apportent pas toujours les résultats escomptés. La région orofaciale est aussi souvent affectée chez les patients atteints de maladies génétiques, en particulier les maladies génétiques en relation avec le métabolisme minéral.

Nos travaux sont axés sur la compréhension des mécanismes liés à la formation et à la régénération de cette sphère en nous basant, d’une part sur l’étude des cellules qui la constituent, et de l’autre sur la matrice extracellulaire qu’elles produisent. Dans ce contexte, nous avons développé la culture de cellules souches pulpaires humaines et murines (rat/souris) (isolement, tri, caractérisation, différenciation in vitro et in vivo, développement de lignées) et étudié des molécules matricielles bioactives dans l’optique de reconstruire/régénérer un tissu fonctionnel (Biodent, pulpe artificielle, parodonte, os cranio-facial). De plus, les protéines de la matrice dentinaire et du cément (tissu d’ancrage de la dent) sont similaires à celles de l’os, mais, contrairement à l’os, ces tissus ne sont pas remodelés car non impliqués dans l’homéostasie minérale. Dès lors, ce sont des tissus intéressants à étudier dans des situations pathologiques, telles les maladies génétiques osseuses affectant aussi la minéralisation de dent ou de son ancrage. Il en va de même pour l’étude de l’axe émail rein qui constitue une porte d’expression importante de maladies rares. En parallèle, la bouche étant une cavité hautement sceptique, nous nous intéressons aux mécanismes inflammatoires impliqués dans le remodelage physiopathologique de l’os alvéolaire et tentons de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent parodontites et péri-implantites.

Ces approches impliquent une étude spécifique des différents tissus calcifiés avec comme dénominateur commun les rôles joués par les interactions réciproques cellule-matrice. Notre laboratoire qui a développé une expertise de l’étude des tissus calcifiés inclus une plateforme d’imagerie Micro-scanner haute résolution faisant partie de la partie d’Imagerie du Vivant Paris Descartes. 

Le laboratoire est intégré au Master Sciences de la vie et de la santé, Mention «Biologie cellulaire, Physiologie, Pathologie» (BCPP), Spécialité BMPI «Biominéralisation, Morphogenèse et Pathologies Inflammatoires» (co-responsable P7 : Pr Ariane Berdal et Pr Martine Cohen Solal; P5 : Pr Catherine Chaussain et P13 : Pr Géraldine Falgarone) co-habilité entre les Universités de la COMUE Sorbonne Paris Cité), et à l’Ecole Doctorale Bio Sorbonne Paris Cité. En outre, un des membres du laboratoire est à la tête d'un programme accrédité post-universitaire européen (Fédération Européenne de Parodontologie). Ce programme de trois ans implique pour tous les étudiants un programme de recherche conduit au sein de notre équipe par plusieurs d’entre eux.