Recherche

 

EA 2496 UFR Odontologie Université Paris Descartes Université Sorbonne Paris Cité (USPC)
 « PATHOLOGIES, IMAGERIE ET BIOTHERAPIES ORO-FACIALES » –
Direction : Pr Catherine Chaussain

labo_046

LABORATOIRE PROPRE A L’UFR

L’EA 2496 s’intéresse à la dent et à ses tissus de soutien (le parodonte), et plus généralement à l’os craniofacial.  

 

  • PATHOLOGIES ET REGENERATION OROFACIALES (projet conduit par C Chaussain, C Bardet, S. Vital et A Poliard)

Notre projet a pour objectif de poser les jalons du développement d’une pulpe équivalente à travers une approche de bio-ingénierie de la pulpe dentaire lésée permettant le maintien de la vitalité de la dent. Nous utilisons les cellules mésenchymateuses issues de la pulpe dentaire qui constituent un outil thérapeutique accessible et performant pour régénérer non seulement le tissu pulpodentinaire de la dent mais aussi l’os craniofacial en raison de leur origine neurectodermique commune. En cas de perte des dents, notre équipe travaille sur la possibilité de créer une biodent. Dans ce sens, nous recherchons des sources de cellules souches avec un potentiel odontogénique, l’utilisation des tissus embryonnaires dentaires étant exclue chez l’homme pour des raisons éthiques évidentes.

Pour soutenir ce projet, le laboratoire est labélisé DIM Biothérapie www.dim-biotherapies.com) et financé par l’ANR (PulpCell 2014-2018),  la FRM (labélisation équipe ingénierie de la Santé en 2014) et la Fondation des Gueules cassées, en collaboration avec le Collège de France (équipe S Germain) avec lesquels nous nous intéressons aux propriétés pro-angiogéniques des cellules de la pulpe et avec l’unité Inserm 1148 de Bichat avec qui nous développons des techniques d’imagerie innovantes pour déterminer le devenir des cellules implantées.

Parce que la dentine et le cément, contrairement à l’os, ne sont ni remodelés ni impliqués dans le métabolisme phosphocalcique, ils constituent des tissus intéressants pour comprendre certaines pathologies et identifier des peptides pathologiques dans le cadre de maladies génétiques affectant à la fois l’os et la dent. Ainsi, en analysant des extraits de dentine de patients porteurs d’un rachitisme familial (mutations du gène PHEX ou FGF23), nous avons identifié un peptide issu d’un clivage pathologique des protéines non collagéniques minéralisantes de la matrice. ASARM s’est révélé un puissant inhibiteur de la minéralisation, très résistant aux protéases. Nous travaillons actuellement sur la neutralisation de ce peptide dans un objectif thérapeutique sur des modèles murins de la maladie. D’autres maladies génétiques sont à l'étude et nous avons récemment démontré une association directe entre les mutations du gène CLAUDIN16 chez les patients atteints d'hypercalciurie familiale, hypomagnésémie et Néphrocalcinose et une amélogenèse imparfaite.

Le laboratoire est affilié au de Centre national de référence des maladies rares du métabolisme du phosphore et du calcium (sites.google.com/site/cdrpariscalciumphosphore ; filière OSCAR) et ce projet est soutenu par l’IDEX (collaboration avec l’équipe INSERM du Pr Berdal), la Fondation des maladies rares et l’association de patients atteints de rachitisme-résistant hypophosphatémique (http://www.rvrh.fr/).

 

  • ASPECT INFLAMMATOIRE DES PATHOLOGIES OSSEUSES (projet conduit par M Gosset et G Rochefort)

Notre équipe caractérise le rôle de médiateurs de l’inflammation dans le remodelage de l’os et ses perturbations en contexte pathologique inflammatoire. Le rôle de ces médiateurs dans le remodelage osseux physiologique est recherché par analyse phénotypique de souris invalidées pour des gènes d’intérêt ou par caractérisation de son expression et activité dans des modèles in vivo de remodelage synchronisé et in vitro de cultures ostéoblastes/ostéoclastes. Pour la partie pathologie, nous utilisons des modèles murins de parodontites expérimentales. Notre projet se concentre sur le rôle de deux molécules qui ont été récemment impliquées dans les processus inflammatoires, la nampt et l’inflammasome NLRP3. Un second volet de nos travaux vise à caractériser dans des collections biologiques et des modèles animaux les différences dans l’inflammation des tissus parodontaux et péri-implantaire. Enfin, des collaborations sont établies pour étudier les conséquences des parodontites sur des processus inflammatoires à distance (développement de plaque d’athérome, conséquence sur l’initiation d’arthrite expérimentale).

Le laboratoire est affilié à la Société Française de Biologie des tissus minéralisés (sfbtm.fr), labélisé European Federation of Periodontology (http://www.efp.net/) et soutenu par la Société Française de Rhumatologie.

 

  • IMAGERIE OROFACIALE  (projet translationnel conduit par L Slimani et B Salmon).

Explorer un tissu minéralisé exige un savoir-faire technologique très spécifique qui constitue l’historique de notre laboratoire. Nous avons élargi cette spécificité en développant une branche «Imagerie» à notre projet. Les progrès de l’imagerie X tridimensionnelle permettent désormais une exploration en temps réel des microstructures osseuses du petit animal et d’évaluer la croissance, les anomalies de forme et de structure, la vascularisation (utilisation de produits de contraste chez l’animal vivant), ou la réparation osseuse induite chez cet animal. Cette approche systématisée à tous nos protocoles limite le nombre d’animaux explorés et guide les travaux histologiques consécutifs. Le laboratoire est également plateforme micro-CT d’imagerie du petit animal vivant (piv.parisdescartes.fr) et accueille des équipes présentant des préoccupations similaires aux nôtres. Le laboratoire est labélisé plateforme Ibisa d’Imagerie du Vivant PRES Sorbonne Paris Cité (nœud FLI - France Life Imaging - Paris Centre). En complément, un parc d’appareils Conebeam sur site associé au Micro-CT permet à notre équipe d’être associée à deux projets de recherche européens avec des partenaires prestigieux tels l’université de KU-Louvain et Polytechnique France.