Axe1 – Sensori-motricité et Cognition

Nous nous plaçons dans la perspective selon laquelle la perception et la cognition ne peuvent s’envisager sans tenir compte de l’action et réciproquement. Les projets proposés ici accordent donc un rôle crucial aux interactions entre les représentations motrices, perceptives et cognitives. 

Parmi les différentes modalités dont dispose l’Homme pour prendre connaissance de son environnement, la modalité visuelle a un rôle prépondérant. L’exploration visuelle est rendue possible grâce aux mouvements rapides des yeux, appelés saccades, réalisés en alternance avec des périodes de fixation durant lesquelles l’information est intégrée. Le système oculomoteur est un modèle qui se révèle très riche pour étudier l’action et son rôle dans la perception, car il permet de manipuler plusieurs modes de déclenchement (saccades réflexes versus volontaires), d’étudier plusieurs processus cognitifs sous-jacents (sélection, attention, mémoire spatiale, inhibition….) et de placer l’individu dans diverses situations expérimentales des plus simples (une saccade vers une cible simple) aux plus complexes (séquence de saccades vers des stimuli complexes).

Dans ce cadre, nous examinons le rôle de la composante motrice de la saccade dans l’orientation de l’attention visuo-spatiale et la perception de l’espace. Afin de déterminer si ce rôle est conditionné à la sélection d’une cible pour la saccade, l’étude des patients présentant une hémianopsie latérale homonyme se révèle particulièrement intéressante.

Dans notre projet, nous développons également des études sur le contrôle de la main lors de la saisie ou l’interception d’objets, comme autre modèle du système moteur, qui se distingue par la possibilité d’un contrôle prédictif et proactif. Ces projets reposent sur l’expertise de différents membres de l’équipe quant au contrôle oculomoteur et du membre supérieur. Nous poursuivrons également nos études sur lescaractéristiques spécifiques du système oculomoteur plus particulièrement lors du développement sain et pour des populations lésionnelles.

Enfin, nous avons initié des recherches sur les interactions action-cognition sur la base de l'hypothèse de l’existence de mécanismes communs d’inhibition motrice et cognitive. Notamment, le bilinguisme et la pratique sportive de haut niveau constituent des expertises au sens d’un renforcement à long terme des mécanismes d’inhibition. Notre objectif est d’établir l’existence d’un avantage d’une expertise cognitive dans les activités motrices et réciproquement.