Smail-Faugeron Violaine

Maître de Conférences des Universités - Praticien Hospitalier - Hôpital Bretonneau (AP-HP) - Université Paris Descartes

Smail faugeron

violaine.smail-faugeron@parisdescartes.fr

Recherche

Violaine a obtenue sa thèse d’Université intitulée "Evaluation thérapeutique en médecine bucco-dentaire : comparaison entre essais randomisés split-mouth et en bras parallèles" (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, U1138, Equipe 22, Centre de Recherche des Cordeliers - Université Pierre et Marie CURIE) le 24 juin 2015.

La problématique de sa thèse est le traitement des données suite à des essais randomisés lors d'évaluation thérapeutique en médecine bucco-dentaire.

Résumé de sa thèse :

Les essais randomisés split-mouth, où les traitements évalués sont attribués de manière aléatoire à différentes zones de la cavité buccale, sont fréquents en médecine bucco-dentaire. Ce type d’essai permet un gain de puissance statistique par rapport aux essais en bras parallèles. Cependant, l’estimation de l’effet traitement peut être biaisée par un effet de contamination (en anglais, carry-over effect). Certains auteurs ont suggéré que les effets traitement estimés par les essais split-mouth différaient de ceux fournis par les essais en bras parallèles. Par ailleurs, l’enregistrement prospectif des essais est actuellement la meilleure solution pour lutter contre le biais de publication. Les essais split-mouth pourraient être moins fréquemment enregistrés que les essais en bras parallèles, la politique d’enregistrement de l'Organisation Mondiale de la Santé ne mentionnant pas explicitement les essais split-mouth. Premièrement, nous avons comparé les effets traitement estimés entre essais randomisés split-mouth et en bras parallèles par une étude méta-épidémiologique. Nous avons sélectionné 15 méta-analyses avec critères de jugement binaires (28 essais split-mouth et 28 en bras parallèles) et 19 méta-analyses avec critères de jugement continus (45 essais split-mouth et 48 en bras parallèles). Nous n’avons pas mis en évidence de différence statistiquement significative dans l’estimation de l’effet traitement entre essais randomisés split-mouth et en bras parallèles à question clinique identique (ROR moyen 0.96, IC95% 0.52–1.80; ΔSMDmoy en 0.08, IC95%−0.14–0.30). Ces résultats suggèrent que les auteurs de revues systématiques devraient exploiter toutes les preuves disponibles, et qu’en particulier les essais randomisés split-mouth devraient être inclus dans les méta-analyses avec une analyse appropriée. Deuxièmement, nous avons évalué l’enregistrement prospectif sur des registres publics des essais randomisés split-mouth et en bras parallèles publiés en 2013 dans un échantillon de revues de médecine bucco-dentaire. Sur un échantillon de 317 essais randomisés (dont 65 essais split-mouth), nous avons montré que seuls 23% des essais étaient enregistrés. Parmi les essais enregistrés, 91% étaient enregistrés rétrospectivement. Nous n’avons pas mis en évidence de différence statistiquement significative entre essais split-mouth et essais en bras parallèles (17% et 23% d’essais enregistrés, respectivement). En conclusion, nous avons proposé des recommandations relatives à l’intégration des essais randomisés split-mouth au sein de la recherche, tant du point de vue du chercheur que de celui des éditeurs de revue médicale.

Domaines d'expertise

Recherche clinique, Essais randomisés, Evidence based dentistry.