THEMA 1 : Métapsychologie

THEMA 1 : Métapsychologie et psychopathologie fondamentale 

Responsables : Françoise NEAU et Estelle LOUET

BILAN 2012-2017

Membres

Membres permanents (15) :

J. ANDRE (MC) ; C. AZOULAY (Pr.) ; C. CHABERT (Pr. émér.) ; C. DEJOURS (Pr.) ; I. GERNET (MCF) (depuis le 1/6/17) ; M. GUINARD (MC) ; M. DE LUCA (PAST) ; M. EMMANUELLI (Pr. émér.) ; K. GUENICHE (MC) ; E. LOUËT (MC) ; S. MISSONNIER (Pr.) ; F. NEAU (Pr.) ; D. ROLO (MC) ; S. VIBERT (MC) ; B. VERDON (Pr.).

Doctorants (5) :

Z. ANDREYEV ; A. CAYOT ; C. CHIARELLI ; R. DEJOURS (jusqu’à sa soutenance, le 10-10-2016) ; C. RACIN.

Membres temporaires (3) :

J. CROAS (Dr. en psychologie); H. SUAREZ-LABAT (Dr. en psychologie) ; C. PEIFFER (Dr. en psychologie, chargée d’enseignement) ; R. DEJOURS (depuis juin 2017[1]).

Invités (3) :

S. CARTON (Pr., Montpellier III) ; A. COHEN De LARA (Pr., Paris XIII) ; F. D. CAMPS (MC, Lyon 2) 

 

Objectifs du THEMA

Travailler à dégager, à partir de la diversité des cliniques et des méthodes de chacun des membres, l’articulation entre la métapsychologie (comme théorie du fonctionnement psychique) et la psychopathologie, de ses figures « classiques » jusqu’aux plus contemporaines (avec une interrogation sur la notion de « modernité » du point de vue psychanalytique).

Cette articulation est au fondement de la spécificité de l’épistémologie psychanalytique, construite dans la fécondité d’un écart théorico-pratique.

Psychopathologie fondamentale, et non pas générale: elle s’inscrit dans la continuité entre normal et pathologique, et s’enrichit des échanges avec la médecine, les autres sciences humaines et sociales, et les œuvres littéraires et artistiques, dans une ouverture interdisciplinaire qui s’inscrit pleinement dans les objectifs du PCPP.

 

Cadre et méthodes de travail

 

Récurrence et modalités :

. 4 réunions annuelles en interne (grand groupe) depuis la création du THEMA en 2013, avec échanges et discussions à partir d’exposés cliniques,

. s’ajoutent à ces réunions, depuis 2016, deux soirées-débat publiques par an à l’Institut de psychologie, avec un auteur membre du THEMA, préparées en amont (en petit groupe constitué à cet effet). Public visé : les étudiants et les EC de Paris Descartes et USPC et les psychologues référents des stages.

. ces six rencontres programmées s’inscrivent dans des échanges permanents entre les  co-responsables du THEMA, et/ou en petit groupes, pour préparer ces réunions et soirées débats, pour organiser les colloques et élaborer les recherches en cours menées entre EC et chercheurs du THEMA et du Laboratoire. 

NB : ces différents échanges nous conduisent à faire évoluer nos modalités de travail: nous souhaitons en 2017/2018 ouvrir davantage le travail de réflexion mené en interne à des échanges et des confrontations avec d’autres THEMA au sein du PCPP, et avec d’autres laboratoires et avec des institutions de soins partenaires, au sein d’USPC et en-dehors (voir infra, 5) Horizon à court terme).

 

 Contenus des réunions :

- Les réunions en interne :

Deux thématiques successives, abordées sous forme d’exposés cliniques (1) ou théoriques et d’échanges (2) :

 (1) l’actualité du sexuel infantile. Cette question a été, de 2013 à 2015, l’occasion de présenter nos travaux et de confronter nos cliniques et nos méthodologies, très diverses, à ce fondement de la psychanalyse et à ses différentes interprétations, afin de permettre la construction d’une culture commune. Exposés cliniques suivis de discussions.

 (2) L’enseignement et la recherche en psychanalyse à l’Université, hier et aujourd’hui. Cette deuxième thématique est née de nos discussions, mais aussi d’une réflexion partagée sur nos pratiques de l’enseignement et de la recherche, ainsi que d’échanges plus soutenus liés à notre actualité dans le cadre de Sorbonne Paris-Cité (création du Collège USPC de psychanalyse, psychopathologie et psychologie clinique, projet de co-accréditation de Master avec Paris Diderot et Paris XIII, projet de rapprochement avec les écoles doctorales de Paris Diderot et Paris XIII).

Exposés théoriques et historiques à partir de textes fondamentaux, suivis de discussions.

-Les soirées-débats

17/3/2016 : Chabert, C. (2015). La jeune fille et le psychanalyste.  Paris, France : Dunod.

3/11/2016.  Rolo, D. (2015). Mentir au travail. Paris, France : Presses universitaires de France.

23/3/2017 : André, J. (2016). La vie après le suicide. Paris, France : Presses universitaires de France.

19/10/2017 : Vlachopoulou, X. et Missonnier, S. (2015). Psychologie des écrans. Paris, France : Presses universitaires de France [Que sais-je ?).

NB : Pour des thématiques représentées à l’Institut de Psychologie à travers d’autres approches (le travail et le virtuel), nous avons choisi d’inviter, parmi les 2 discutants du ou des auteurs conférencier(s), un EC d’un autre laboratoire (Catherine Delgoulet du LATI le 3/11/16, et Pascale Piolino du Laboratoire Mémoire Cognition le 19/10/2017).

Axes de recherches en 2012-17

Métapsychologie

- L’actualité du sexuel infantile: quels effets aujourd’hui nos cliniques et nos méthodes, dans leur diversité et leur richesse, ont-elles sur le concept - aux fondements de la métapsychologie et de la psychopathologie psychanalytique - de « sexuel infantile », aux différents âges de la vie (de la vie intra-utérine au grand âge), et/ou dans différentes pathologies (qu’elles soient psychiques ou somatiques), et/ou mobilisé dans nos méthodes de recherche (clinique du transfert, entretiens de recherche, méthodes projectives, échelles…) ?

Quelles transformations, implicites ou explicites, ces différentes cliniques et ces différentes méthodes produisent-elles en retour sur la compréhension de la place et des destins de la psychosexualité? Ces transformations sont-elles interprétables comme une avancée, une ré-interprétation ou une régression par rapport aux acquis freudiens ?

Ainsi, par exemple, comment les expériences du corps que la médecine contemporaine convoque remettent-elles au travail la question du féminin et de la bisexualité psychique (cliniques des intersexualités, K. Guéniche) ?

- Métapsychologie du moi et des limites. Les problématiques des limites et du narcissisme, l’un des axes forts du Laboratoire depuis sa création avec les travaux impulsés par C. Chabert, continuent à se déployer dans plusieurs recherches. Citons par ex. l’HDR De Manuella de Luca, « Des frontières : enjeux et travail de frontière. De l’adolescence à l’âge adulte. De la clinique à la recherche », soutenue le 20/10/2017 (F. Neau garante), ou les travaux d’H. Suarez-Labat, qui a obtenu le prix Bouvet 2016 pour ses travaux parus dans la Revue Française de Psychanalyse sur « Le moi corporel : mensonges et vérités » et « Des barrières autistiques aux limites : des voies nouvelles d’interprétation », ou ceux de F. Neau sur le narcissisme, développés depuis l’ouvrage Narcissisme et dépression (C. Chabert dir., Dunod, réédition 2015).

- Les problématiques du transfert, au cœur des traitements psychanalytiques, font l’objet de plusieurs travaux (conférences + chapitres ou ouvrages) de membres du THEMA (notamment : C. Chabert, F. Neau).

 

Psychopathologie fondamentale :

1) Spécificités des atteintes psychopathologiques selon le sexe et l’âge.

L’attention spécifique portée aux différents âges de la vie marquent là encore les travaux du Laboratoire depuis sa création, et de nombreuses recherches s’articulent à cet axe.

- Psychopathologie de la périnatalité et de l’enfant

  S. Missonnier poursuit le programme de recherches qu’il a engagé depuis 2012 à la Maternité de l’Hôpital Necker sur le processus de parentalité endeuillée (Soigner, soulager, revisiter le deuil prénatal et accompagner la famille lors de la grossesse suivante. Quelles traces du prénatal dans le lien à l’enfant puîné ?), en partenariat avec le service de psychiatrie infantile du Pr. B. Golse (Hôpital Necker). Ce programme de recherches financé a donné lieu sous sa direction à deux thèses financées en psychologie (D. de Wailly, 2015 et J. Shulz, 2016) et une thèse de médecine (M.E. Meriot, 2016).

  Au carrefour de la psychanalyse et de la médecine, K. Guéniche continue à développer des recherches sur la clinique de l’inter sexuation, dans le cadre du Centre des maladies endocriniennes et gynécologiques rares (Hôpital Necker) : elle pilote ou collabore ainsi à de nombreux projets de recherches interdisciplinaires, tous financés, sur les processus d’élaboration de l’identité sexuelle chez des enfants nés avec un trouble du développement du sexe, ou sur le devenir des bébés au caryotype XY opérés et élevés en fille.

  Les liens entre la psychosexualité et la symptomatologie de l’enfant fait l’objet des recherches de M. Guinard, à partir d’une clinique du transfert, de la médiation du dessin et des épreuves projectives. Elle porte une attention particulière aux cliniques contemporaines de l’enfant, et notamment aux pathologies de l’agir, sur le versant de l’hyperactivité ou de l’inhibition massive, ou encore de la destructivité, en collaboration avec A. Cohen de Lara (Paris 13), co-rédactrice d’une monographie sur La destructivité chez l’enfant (Presses universitaires de France, 2015).

A partir de la psychopathologie infantile, K. Guéniche réinterroge l’écart, et les rapports, entre névrose de l’enfant et névrose infantile. H. Suarez-Labat développe des travaux sur les autismes et leurs évolutions, de l’enfant à l’adulte.

- Psychopathologie de l’adolescent et du jeune adulte

Troubles graves. Plusieurs chercheurs de ce THEMA poursuivent et approfondissent leurs recherches sur les troubles sévères chez l’adolescent et du jeune adulte, là encore un des axes forts du Laboratoire depuis sa création. Ils centrent ces recherches sur 1) les conduites compulsives - troubles des conduites alimentaires (C. Chabert, S. Vibert), attaques du corps, dépersonnalisation, conduites de retrait (M. de Luca), 2) les troubles de l’humeur et notamment les mouvements mélancoliques et les troubles d’allure maniaque (C. Chabert et E. Louët) 3) l’entrée dans la psychose (C. Azoulay, F. Neau). La perspective transnosographique permet de privilégier l’approche psychodynamique des processus psychiques, au-delà de la symptomatologie. Des méthodologies croisées (clinique du transfert, entretiens de recherche et méthodes projectives) permettent l’analyse approfondie du fonctionnement tel que C. Chabert l’évoque dans La jeune fille et le psychanalyste (Dunod, 2015).

   Clinique dite du normal.  Hors du spectre psychopathologique, des recherches avec publications qualifiantes sont menées par et avec des doctorants dans des contextes spécifiques, mobilisant un questionnement interdisciplinaire (sociologie notamment): par exemple sur les élèves des grandes écoles (thèses de C. Peiffer, soutenue le 28/11/2015, dir. F. Neau, et de R. Dejours, soutenue le 10/10/2016, dir. M. Emmanuelli), ou bien sur les enjeux psychiques de l’engagement politique des adolescents et des jeunes adultes (thèse de C. Chiarelli, menée avec un contrat doctoral, soutenance le 23/11/2017, dir. F. Neau).  

- Psychopathologie du vieillissement

Les travaux de B. Verdon continuent d’explorer les processus psychiques liés à l’expérience de maturation et de vieillissement, normal et pathologique (crises de la vie, expériences de passage, réaménagements narcissiques, identificatoires et objectaux, traitement de la perte, deuil, dépression, états démentiels). Il s’intéresse aux destins de la psychosexualité à l’épreuve du temps et selon les genres, et plus largement à l’intrication des causalités biologiques, sociales et psychiques (renversement des générations, retraite, maladies somatiques, ménopause, andropause, modifications du corps et des rôles sociaux, plainte mnésique).

B. Verdon, qui a publié plusieurs ouvrages et articles et dirige plusieurs thèses sur cette thématique, a ainsi contribué à la mise en place d’un séminaire ouvert « Psychanalyse et vieillissement » en collaboration avec les Prs P. Gutton (Paris) et J.M. Talpin (Lyon 2), C. Caleca (Caen), P. Charazac (Lyon) et l’association « Old Up ».

 

2) Figures psychopathologiques en psychanalyse

  Certaines configurations psychopathologiques sévères, à côté de ce découpage selon les âges de la vie, sont explorées sous l’angle des processus engagés ou des conduites de l’adulte : schizophrénie et paranoïa (E. Louët, C. Azoulay), passages à l’acte psychotiques (F. Neau), agirs ou tentations suicidaires (J. André).

  La psychopathologie du virtuel quotidien fait l’objet de travaux de S. Missonnier, à partir du concept de « relation d’objet virtuelle » : cette thématique convoque la « diagonale du virtuel », propre à la psychopathologie du devenir parent, du naître humain et des technologies de l’information et de la communication. Sont organisés des séminaires mensuels : « Psychopathologie du virtuel quotidien » (depuis 2010) et « Le robot sur le divan » depuis 2014.

  La psychopathologie du travail et ses nouvelles entités cliniques fait l’objet d’un intérêt particulier pour D. Rolo : suicides au travail, pathologies consécutives au harcèlement moral et pathologies de surcharge (burn-out, dopage au travail). Dans une approche toujours en dialogue avec la métapsychologie et la psychopathologie psychanalytique, l'investigation clinique en psychopathologie du travail s'efforce de mettre au jour l'étiologie spécifique de ces nouvelles pathologies. Cette réflexion vise à informer les modalités de prévention et de traitement de la souffrance au travail, en lien avec les acteurs concernés (services de santé au travail, consultations souffrance au travail, CHSCT, etc.).

 

3) Psychopathologie et psychologie projective

  L’interprétation psychanalytique des épreuves projectives (dite « École de Paris »), qui est née et s’est développée au sein de l’Institut de Psychologie depuis 1966, de N. Rausch de Traubenberg, D. Anzieu et V. Shentoub à C. Chabert et M. Emmanuelli, reste aujourd’hui l’un des pôles d’excellence du PCPP, dont plus d’1/3 des doctorants utilisent des épreuves projectives pour des recherches aux thématiques variées. Sur les 26 membres de ce THEMA (toutes catégories confondues), 14 aujourd’hui sont « projectivistes » (dont 10 EC titulaires sur 15, 4 doctorants sur 5)  : autrement dit, les épreuves projectives contribuent aux méthodologies de ces chercheurs, de manière plus ou moins notable –mais, bien évidemment, jamais exclusive.

 L’originalité du PCPP en la matière, depuis la création du Laboratoire, est d’allier d’une part une ferme et solide référence à la théorie psychanalytique du fonctionnement psychique et au repérage psychopathologique qu’elle engage, et d’autre part une utilisation rigoureuse de la méthodologie projective. 

L'interprétation psychanalytique des épreuves projectives, sous-tendue par les modèles freudiens et post-freudiens de la vie psychique, a largement permis de promouvoir l’utilisation de ces épreuves comme instruments d'investigation et d'évaluation dans une démarche diagnostique, mais aussi comme outil métapsychologique dans la recherche en psychologie clinique et en psychopathologie. Elle conduit également à revisiter et à approfondir les modèles qui les sous-tendent.

Ainsi toujours source d’approfondissements et de remaniements en fonction de nouvelles cliniques et de retours critiques sur ses fondements, la psychologie projective donne lieu à de nombreuses recherches et publications de membres permanents du THEMA (C. Azoulay, C. Chabert, M. Emmanuelli, M. Guinard, K. Guéniche, E. Louët, F. Neau, B. Verdon, S. Vibert) et à de nombreux encadrement de thèses.

 Outre la publication d’articles, la vitalité de ce domaine de recherche s’inscrit dans les activités suivantes, auxquelles contribuent largement plusieurs membres de ce THEMA :

- l’animation d’une revue annuelle (Psychologie clinique et Projective), revue de référence dans le champ de la psychologie projective dont C. Azoulay fut la rédactrice en chef adjointe de 2008 à 2012 puis rédactrice en chef de 2012 à 2016, revue créée et soutenue par la Société Française du Rorschach et des Méthodes projectives, présidée depuis 2014 par B. Verdon.

- des évènements scientifiques réguliers, en France et à l’étranger, et d’envergure (voir ci-dessous),

- la participation active de tous les projectivistes du THEMA au « Réseau International Interuniversitaire Méthodes Projectives et psychanalyse », co-dirigé par C. Azoulay depuis 2014,

-  la série d’ouvrages thématiques « Psychopathologie et méthodes projectives » dirigée par C. Chabert chez Dunod, depuis 2014. Bon nombre des auteurs de cette collection sont membres du THEMA (Ainsi par exemple E. Louët, F.-D. Camps et C. Chabert Dépressions extrêmes, 2017 ; E. Louët, C. Azoulay, Schizophrénie et paranoïa. Etude psychanalytique en clinique projective, 2016) ; H. Suarez-Labat, Les autismes et leurs évolutions : apports des méthodes projectives, 2015 ; B. Verdon, Clinique et psychopathologie du vieillissement : apport des méthodes projectives, 2015), etc….

 

4) Les traitements psychothérapeutiques et psychanalytiques, et leur évaluation

- "Évaluation des processus de changements au cours de psychothérapies analytiques d’adolescents et de jeunes adultes suivis au Centre Henri Danon Boileau (Clinique Dupré), à Sceaux. Responsables : C. Chabert et C. Azoulay.

Cette recherche financée, au sein d’un établissement de la Fondation des Etudiants de France, est une étude longitudinale, en deux volets :  elle porte sur les patients et sur les psychothérapeutes. Elle s’inscrit principalement dans le THEMA « Dispositifs thérapeutiques » (voir infra, le bilan de ce THEMA pour sa description plus complète). Cependant, par certains de ses aspects, elle contribue  à enrichir les réflexions menées au sein du THEMA « Métapsychologie et Psychopathologie fondamentale, à un double point de vue, épistémologique et psychopathologique :

- épistémologique, sur la notion d’évaluation du fonctionnement psychique, ses conditions de possibilité, son destin dans le traitement et, plus globalement, son usage dans le champ de la psychanalyse,

- métapsychologique, sur la spécificité des processus transférentiels en institution et leur analyse.  

  Nous avons prévu d’interroger plus largement cette problématique de l’évaluation dans une journée d’étude inter-THEMA fin 2018 (cf infra, 3.1.1.5, Horizon à courts terme). 

  Quant à la spécificité des processus transférentiels en institution, elle a fait l’objet de la recherche approfondie menée dans le cadre d’une collaboration de F. Neau avec l’UTRPP de Paris 13 sur « La consultation psychanalytique en institution ».

-« La consultation psychanalytique en institution aujourd’hui » : recherche internationale et interuniversitaire (Paris 13, Paris 5, Université du Québec à Montréal (UQAM) et Université Mac Gill de Montréal), s’est attachée à étudier les modalités spécifiques et les enjeux transférentiels et institutionnels des traitements psychanalytiques gratuits pratiqués par des psychanalystes dans 5 centres publics de soins « historiques » (Centres Victor Smirnoff, Jean Favreau, E. et J. Kestemberg, BAPU à Paris, Clinique Psychanalytique à Montréal).

Cette recherche a fait le choix de mobiliser et de confronter les représentations que les psychanalystes travaillant dans ces Centres ont de leur pratique, dans le cadre d’entretiens avec les responsables et les équipes de chaque Centre, préalables à un séminaire fermé à Paris, et deux  colloques, à Montréal en novembre 2016 et à Paris en mars 2017.

 

Évènements scientifiques saillants en 2012-17

Colloques du Groupe de Recherches en Psychopathologie Clinique, de 2014 à 2017 (de 150 à 250 participants).

Le GRPC regroupe des universitaires psychanalystes exerçant en France; coordonné par les Pr émérites Jacques André (Paris Diderot), Patrick Guyomard (Paris Diderot) et Catherine Chabert (Paris Descartes, membre de ce THEMA), il organise chaque année un séminaire fermé, en automne, de 2 jours et une journée scientifique publique en mars à Paris (environ 200 participants). Ces manifestations scientifiques sont suivies d’une publication aux Presses Universitaires de France (Petite bibliothèque de psychanalyse, dir. J. André). Sur les 29 membres du GRPC, 12 sont membres de ce THEMA du PCPP; ils participent tous au séminaire d’automne, et plusieurs d’entre eux sont invités à proposer une communication en mars. Depuis 2014, ont été organisés des séminaires et colloques qui ont donné lieu aux publications suivantes, parues ou à paraître au dernier trimestre 2017 :

- Carton, S. et Cohen de Lara, A. (2016). Vie et mort des affects. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Chabert, C. et Guinard, M. (2015). Les travaux forcés de la répétition. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Louët, E. et Neau, F. (2016). Cicatrices de la psychose. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Chabert, C., Guéniche, K. et Neau, F. (2015). La perversion encore. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Missonnier, S. et Verdon, B. (2014). Le moi, cet incorrigible. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Neau, F. (2017). La honte. Ecouter l’impossible à dire. Paris, France : Presses universitaires de France.

- Missonnier, S. et André, J (2017). L’intraitable. Paris, France, Presses universitaires de France, sous presse).

Colloques co-organisés par la revue Carnet Psy et Catherine Chabert à Paris (environ 700 participants). Plusieurs membres du THEMA interviennent dans ces colloques, qui donnent lieu à un ouvrage éponyme, sous la direction de C. Chabert (Editions Erès, coll. Carnet psy).

-La douleur (15/10/2014)

-Père ou mère ? Entre bisexualité psychique et différence des sexes (7/11/2015)

-Splendeurs et misères de la régression (7/10/2017)

 

Colloques nationaux et internationaux de psychologie projective.

   - Colloques de printemps (en province) et d’automne (à Paris Descartes) de la Société du Rorschach et des méthodes projectives de langue française (environ 200 participants) : « Les voies du narcissisme » (2014), « Psyché aux limites. Confusion, distinction, différenciation » (2015), « Les sexualités » (2016), « Empreintes et destins des idéaux (2017), « L’inhibition » (2018), à Montpellier.

- XXIIème Congrès International du Rorschach et des méthodes projectives, du 17 au 21 juillet 2017, sur le thème « Actualités des recherches et des pratiques en psychologie projective. Nouvelles problématiques, nouvelles découvertes » (500 participants, 40 nationalités, traduction simultanée en anglais, japonais, espagnol ; plus de 350 communications, 70 symposia). Tous les « projectivistes » du THEMA sont membres actifs du comité d’organisation et/ou du comité scientifique, présidés et animés par Benoît Verdon, président de la Société Française du Rorschach et des Méthodes Projectives, organisatrice de ce Congrès. Conférences plénières assurées par C. Azoulay et F. Neau, communications en symposia des autres projectivistes du PCPP, et de la quasi-totalité des doctorants du PCPP qui utilisent une méthodologie projective.

 

Colloques Internationaux de Cerisy La Salle (Manche).

- La séduction à l’origine. L’œuvre de Jean Laplanche, du 1/7 au 25/7/2015 (co-organisé par C. Dejours). Communications de C. Dejours, F. Neau. Colloque publié sous ce titre (Editions Hermann, 2016).

- L’écriture du psychanalyste, du 18/7 au 25/7/2016 (co-organisé par F. Neau, J.F. Chiantaretto et C. Matha de Paris XIII). Communications de F. Neau, B. Verdon, C. Racin (doctorante). Colloque publié sous ce titre, sous la dir. des 3 organisateurs (Editions Hermann, 2017).

 

Colloques La consultation psychanalytique en institution :

1 séminaire franco-québecois fermé à Paris les 3-4 mars 2017 et 2 colloques franco-québecois, avec publications des actes en cours :

- « La consultation psychanalytique aujourd’hui », à Montréal en novembre 2016 (150 participants), 

- « La consultation psychanalytique en institution, quels transferts ? », à Sainte-Anne, Paris, 3-4 mars 2017 (200 participants).

 

Horizons à court terme (2017-18)

Poursuite et déploiement des travaux engagés, engagement de nouveaux projets :

 

Recherches en cours

 - Fin de la recherche sur l’évaluation des processus thérapeutiques au Centre Henri Danon Boileau (C. Azoulay, C. Chabert)

- Poursuite de la recherche sur les traitements psychanalytiques en institution, notamment avec le Centre Victor Smirnoff (dans le cadre de la convention finalisée en mars 2017 avec le CH Sainte-Anne), élargi à une collaboration avec l’Institut MGEN de La Verrière (78), en lien avec le THEMA « Dispositifs thérapeutiques ».

 

 Nouvelles recherches (2017-18 et au-delà)

 -« Projet conversion », sur l’actualité du modèle hystérique. « Diagnostic différentiel : trouble pseudo-neurologique et trouble conversif. Enjeux de l’évaluation et de la prise en charge des patients ». L’objectif principal de cette recherche est de contribuer au diagnostic différentiel entre trouble pseudo-neurologique et trouble conversif, afin d’améliorer la prise en charge des patients présentant des troubles qualifiés de fonctionnels. Deux équipes participent à cette recherche, l’une sous la responsabilité scientifiques de psychologues cliniciens, dont 3 sur 4 sont membres de ce THEMA - M. Gargiulo (MCU-HDR), E. Louët (MCU), M. de Luca (PAST), J. André (MC), Laboratoire PCPP, et l’autre sous responsabilité médicale (Pr. B. Eymard, PUPH), au Centre de Références Maladies Neuromusculaires, Hôpital Pitié Salpêtrière, Université Marie et Pierre Curie (UMPC).

- Méthodes projectives et interculturalité (C. Azoulay, en collaboration avec J.Y. Chagnon et M.C. Pheulpin, P13). En cours d’élaboration.

- Adolescents déscolarisés consultant en service de psychiatrie infanto-juvénile : étude prospective (C. Azoulay, M. Guinard, en partenariat avec le secteur 1 du Val de Marne – 5 CMP, convention en cours d’étude)

- L’impact psychothérapique de la médiation « paysage intérieur » auprès d’adolescents anorexiques (C. Azoulay, J. Boutinaud). Démarrage 4ème trimestre 2017.

 

Séminaires mensuels :

- « Psychanalyse et écriture » (F. Neau, séminaire SPC, avec JF Chiantaretto, P13, depuis janvier 2017)

- « Psychanalyse et vieillissement » (B. Verdon, cf supra)

- « Psychopathologie du virtuel quotidien » (S. Missonnier, avec l’Institut du Virtuel Seine Ouest)

- « Le robot sur le divan » (S. Missonnier)

- Projet pour 2018-2019 : Séminaire « Psychanalyse et psychiatrie aujourd’hui » (F. Neau et M. De Luca), séminaire SPC (avec le Dr. B. Pachoud, Pr. P7, C. Nioche, MCU P13) + Université d’Aix-Marseille (Thomas Lepoutre, MCU, et Sarah Troubé, MC Université Nice, chercheurs associés au CRPMS P7).

 

Colloques 2018-2019

- Colloque sur « L’enseignement et la recherche en psychanalyse à l’Université hier et aujourd’hui », 27 janvier 2018 (F. Neau, E. Louët). Interventions des Pr J. André et P. Guyomard (Pr émérites P7), C. Chabert (Pr émérite PCPP), J.- F. Chiantaretto (P 13). Publication envisagée dans la Revue Française de Psychanalyse.

- Colloque Inter-THEMA sur « Valeurs de l’évaluation », avec les THEMA « Société, violence, travail », et « Dispositifs thérapeutiques », novembre 2018 (F. Neau, E. Louët, D. Rolo, I. Gernet, C. Azoulay).

- Colloque sur L’engagement dans les soins (M. de Luca, B. Verdon, E. Louët)

- Colloque international de Cerisy, 13-20/7/18, La psychanalyse : anatomie de sa modernité (Autour des travaux de Laurence Kahn) (F. Neau, C. Matha, MCU P13, O. Bombarde MCU Collège de France. Publication prévue (Belles Lettres, Gallimard).

- Colloque sur Le e-baby (S. Missonnier)

 

Bilan critique conclusif

La charge de travail requise par la mise en place, l’animation et la participation à ce THEMA est importante, eu égard à l’ensemble de notre activité de chercheur ou d’EC ; un noyau régulier et actif d’une quinzaine de participants s’est cependant constitué au fil du temps.

Les deux premières années, où un fonctionnement en interne a été privilégié, ont permis une meilleure connaissance des travaux de chacun, et l’élaboration d’un questionnement commun, sinon d’une culture commune, qui a nourri en retour les pratiques de recherche et d’enseignement de plusieurs d’entre nous. A mi-parcours, l’ouverture du THEMA sur l’extérieur s’est imposée, et durablement : en direction de la communauté universitaire et professionnelle d’abord, puis des autres THEMA du PCPP. Parce que les recherches menées au sein de ce THEMA nous paraissent, à tort ou à raison, engager les fondements même de notre activité, la position transversale de ce THEMA rend souhaitable, voire nécessaire, une coopération plus étroite avec les autres THEMA. Mais cette coopération ne saurait être ni imposée ni systématique : elle ne peut se faire que projet par projet, thématique par thématique, en fonction du désir commun de collaboration et d’échanges, et des disponibilités effectivement dégagées à cette fin. La participation à deux THEMA facilite ces passerelles, et rend certaines d’entre elles évidentes.

PROJET 2019-2023

Responsabilité du THEMA

La co-responsabilité de ce THEMA, assurée par F. Neau, sera à reprendre à l’occasion de son départ à la retraite au 30 août 2021. Ce qui n’a pas encore été envisagée concrètement avec l’autre co-responsable, Estelle Louët, mais devra l’être, en fonction aussi des remaniements à venir dans l’équipe enseignante ces 4 prochaines années.

 

Objectifs du THEMA pour le prochain quinquennal en 2019-23 :

-Poursuite des recherches avec des partenaires extérieurs, engagées en 2017-18 et au-delà : cf supra.

-Poursuite des objectifs généraux évoqués ci-dessus

-Poursuite de la réflexion intra-THEMA sur « la psychanalyse à l’Université », et ses conditions de possibilité dans le contexte universitaire : quelle(s) place(s) pour la référence à l’épistémologie, à la pensée et aux méthodes de la psychanalyse, dans des recherches en psychologie clinique, en psychopathologie et en psychanalyse « hors les murs », selon l’expression de J. Laplanche? Quelle(s) place(s) faite(s) à la question du transfert – et à quelle(s) conception(s) du transfert? Quelle articulation entre des enseignements et des recherches référés à la psychanalyse, dans le cadre universitaire ?

-Ouverture d’une large réflexion sur l’éthique dans la pratique clinique et dans la recherche. Déjà engagée par plusieurs membres du THEMA (B. Verdon, E. Louët, M. De Luca), invoquée sur différents registres (professionnel, moral, juridique) à propos de l’engagement dans les soins et de la recherche en clinique, cette réflexion cruciale pour tous doit être partagée, développée, débattue, et nourrie d’un éclairage transdisciplinaire.

 

Cadre et méthodes de travail

-Poursuite des modalités de travail énoncés ci-dessus, dans leur bi-directionnalité :

  .réunions en grand groupe/travail en petits groupes,

  .réflexions intra-THEMA/ouverture extérieure, sur les différentes communautés d’appartenance: autres THEMA, Institut de psychologie (avec les soirées-débats), SPC, autres universités, professionnels (avec les colloques).

-avec un renforcement significatif de la collaboration entre THEMA, esquissée en 2017-2018 (notamment « Société, violence, travail » et « Dispositifs thérapeutiques ») : la transversalité de notre THEMA nous paraît requérir une mise en commun, et en débat, des questionnements évoqués plus haut, voire des projets communs.

-Organisation d’un séminaire d’1 jour 1/2 en week-end au printemps 2018, afin de soutenir et d’alimenter la dynamique du groupe et sa réflexion sur l’avenir de ce THEMA.

-Le très probable renforcement institutionnel des liens entre les établissements partenaires dans le cadre de USPC conduira vraisemblablement à envisager des projets de recherche communs, au-delà de nos collaborations actuelles, tout en gardant fermement à l’horizon les objectifs majeurs de ce THEMA, qui participent de l’identité spécifique du PCPP.

 

Axes de recherches en 2019-2023

Si l’on y inclut ces objectifs évoqués supra (en 3.1.2.2), les grands axes de recherche du THEMA « Métapsychologie et psychopathologie fondamentale » ne connaîtront vraisemblablement pas de modifications majeures – sous réserve des transformations induites par la fusion avec P7 et l’association avec P13.

Le prochain séminaire d’1 jour 1/2 devrait permettre d’envisager plus précisément et de façon collective l’avenir de ce THEMA, et son articulation aux autres THEMA. Les résultats de l’évaluation HCERES pourraient également y contribuer.

Actuellement, parmi les projets de manifestations scientifiques, qui pourraient contribuer à indiquer des axes de recherche pour 2019-2023 :

- Dans le cadre de la poursuite du séminaire « Psychanalyse et écriture », avec une orientation « Psychanalyse et littérature » : colloque international de Cerisy, 24/30 août 2019, « Survivre, vivre, écrire  (autour de l’œuvre de l’écrivain Imre Kertesz » (F. Neau et J.F. Chiantaretto, P 13).

- Dans le cadre du séminaire « Psychanalyse et psychiatrie aujourd’hui » : projet d’un DU ou d’un DIU SPC « Psychoses et troubles sévères de l’adulte » (M. de Luca) ?

-Dans le cadre de la convention avec le Centre V. Smirnoff et en collaboration avec l’Institut La Verrière (M. De Luca) et P13 (C. Nioche) : colloques bisannuels sur les traitements en institution ? 

- Parmi les projets de colloques, avec de possibles collaborations inter-THEMA (titres provisoires)

. sur « les figures de l’hystérie aujourd’hui », au terme de la recherche menée dans le cadre du « Projet conversion » (cf supra)

. sur « Quelle éthique pour le psychologue clinicien dans sa pratique et dans ses recherches ? » (cf supra)

. sur « la dysphorie de genre à l’adolescence » (thèse de J. Wielart sur ce sujet, engagée en 2017/18, dir. F. Neau, co-encadrement E. Louët) : colloque en partenariat avec la Consultation de dysphorie de genre (Dr Agnès Condat) dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de La Pitié Salpétrière (dir. Dr David Cohen)

Publication prévue. 

. sur « la radicalisation à l’adolescence » (thèse de N. Campelo sur ce sujet, engagée en 2017/18, en co-direction F. Neau - Dr Guillaume Bronsard, pédo-psychiatre, directeur de la Maison des Adolescents de Marseille, Faculté de médecine de l’Université Aix Marseille, et avec un co-encadrement par E. Louët) : colloque en partenariat avec la consultation de déradicalisation (dir. S. Hefez), dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de La Pitié Salpétrière (dir. Dr David Cohen), la PJJ, l’OREP de Marseille et l’association UNISMED. 

Publication prévue.

 

Conclusion du projet

Les réaménagements à prévoir de l’équipe enseignante du PCPP, l’évolution des centres d’intérêt des EC membres du THEMA, et les incertitudes du contexte SPC, n’autorisent que très relativement le surplomb nécessaire pour conclure un projet à moyen terme.

Sauf à devoir se modifier du fait des circonstances extérieures, ce projet du THEMA pour 2019-2023 garde pour l’heure et dans ses grandes lignes ses axes majeurs : à savoir, par-delà les chemins empruntés pour suivre ces orientations,

-l’articulation entre la métapsychologie et le repérage psychopathologique, à l’épreuve de la diversité des cliniques et des méthodes de recherche,

-le souci d’une réflexion épistémologique sur les rapports entre les différents termes qui définissent ce Laboratoire – psychologie clinique, psychopathologie, psychanalyse,

-avec la mobilisation indispensable d’une réflexion non seulement interdisciplinaire, mais transdisciplinaire, sur les questions éthiques engagées, dans leur diversité, par nos recherches en psychologie clinique, en psychopathologie et en psychanalyse.

 

 

 

[1] Comptabilisée 1 seule fois, dans les doctorants.