COGNITION 2017

Deuxième Semaine Internationale du Corps 2017

Journée d’étude du Vendredi 30 juin 2017 :

MOUVEMENT, PERCEPTION & COGNITION

EXPERIENCES MOTRICES POUR LE BIEN-ETRE ET L'ADAPTATION

Coordination : Pauline Maillot & Sylvain Hanneton
 Laboratoire Techniques et Enjeux du Corps (TEC), EA 3625, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité.

 

Session 1 

« Expression et créativité dans l’improvisation dansée »

 Il s’agit ici de présenter des études s’intéressant à l’apport des techniques du corps ou des aides techniques comme support effectif des capacités d’expression et des capacités créatives lors de séance d’improvisation en danse, ou expression corporelle au sens large. Dans les interventions proposées, il sera par exemple question de l’apport des technologies de sonification du geste et du mouvement à l’improvisation dansée ou de l’utilisation du couplage geste-voix lors de séances de musicothérapie destinées aux enfants autistes.

 

9h30 - 10h00 : Introduction par Florence Guérin et Sylvain Hanneton

 

10h00 -10h30 : Asaf Bachrach (LaboDanse, CNRS / Paris 8)

Titre : La danse comme un dispositif expérimental pour l’étude de la cognition

Qu'est-ce que l'activité de performance, de création ou de pratique artistique peut apporter à la recherche en sciences cognitives ? Quelles méthodes de mesure, comment faire rencontrer l’expérience venu, subjectif, et des données observables ? Nous présenterons quelques dispositifs élaborés au sein de notre groupe interdisciplinaire ‘labodanse’ (labodanse.org), qui interrogent des questions de co-présence, attention conjointe, la résonance ou synchronisation intersubjectives et l’impact cognitif d’une experience artistique spécifique (le travail de Myriam Gourfink). La presentation portera surtout sur la dimension méthodologique des ces projets et nos tentatives à surmonter les défis posés par leur dimension écologique.

 

10h30 - 11h00 : Rachel Labriet -Barthélémy (Doctorante Laboratoire TEC EA3625)

Titre : Couplage voix - geste en musicothérapie active : impact sur les compétencesrelationnelles d’enfants autistes

Lors d’une étude exploratoire en musicothérapie axée sur la voix chantée, nous avonsconstaté cliniquement que l’association voix/geste pouvait parfois mobiliser l’attention d’enfantsautistes suivis en hôpital de jour, et permettre l’émergence de la relation. Nous avons cherché àdéfinir les caractéristiques des associations les plus pertinentes et à évaluer leur impact sur lecomportement des enfants sur une année. Nous avons essayé de déterminer le type ou les typesde profil pour le(s)quel(s) ces propositions pourraient se révéler efficaces afin d’améliorercertaines aptitudes relationnelles.

 

11h00 - 11h30 : Anais Bernard (Docteure Arts Plastiques EA3476 CREM, Centre deRecherches sur les Médiations, Université de Lorraine, Metz)

Titre : Exploration perceptive des réalités dans l’immersivité de l’art

Si la réalité est parfois aussi étrange que la fiction, c’est que souvent la fiction s’inspire dela réalité. Cette réalité est décrite par Karl Pribram comme le processus de construction, par notrecerveau, des images holographiques symboles de ne nos souvenirs, conçues à partir desinformations que nos sens captent de l’extérieur. Les modifications de cette réalité apparaissent comme une thématique singulière chez certains artistes contemporains lors du processus decréation artistique d’œuvres immersives, entretenant un lien fort entre les arts et les sciences. Ledéveloppement du procédé de création chez les artistes s’attarde sur l’éventail des possiblesressentis du spect-acteur face à leur œuvre. Ils y questionnent le vécu de l’œuvre sur l’agir duschéma corporel de celui qui explorera le dispositif mis en place de par une modification de laperception de l’espace, du temps et de soi-même.
Quelles expériences les arts immersifs cherchent-ils à proposer ? La sensation de plaisirpermet-elle une expérience réussie ? L’immersivité de l’art apparait comme la capacité d’un corpssujet à s’immerger dans un espace créé par son propre mouvement. Ce concept rend compte de laqualité d’un espace à exister par immersion et par émersion d’un corps sujet. Le rapport entre lecorps et l’espace se voit repensé et redéfini comme une relation de contenant à contenu. Pardifférents études de cas, il nous sera possible de distinguer trois catégories inter-pénétrables pourprésenter de possibles expériences à vivre dans de tels dispositifs techniques. Ces nouveauxparadigmes proposent une esthétique d’un genre inédit. Cette modification de l’expérience del’œuvre artistique permet de nous découvrir et de nous révéler à l’autre. L’habitude : signal,routine, récompense se voit changer complètement, de façon perturbante pour le spect-acteur.Cette volonté permet de modifier son rapport et sa position à l’œuvre d’art, en le sortant de sazone de confort qui était jusqu’alors d’être observateur.

 

11h30 - 12h00 : Florence Guérin et Sylvain Hanneton (Laboratoire TEC EA 3625)

Titre : Gestes sonores dans l'improvisation dansée guidée

Pour le danseur, le son précède toujours le mouvement. Le geste du musicien fait vibrerl'air autour de lui en ondes qui se propagent à l'oreille du danseur. De cet organe naissent demultiples et successives réactions électrochimiques qui parcourent les réseaux neuronaux jusqu'àsa moelle épinière et enfin jusqu'aux muscles, organisant la réaction mouvante de l'interprète. Etsi c'était l'inverse ? Et si le mouvement précédait le son? Et si non seulement le mouvementprécédait le son mais que les mouvements du corps du danseur étaient justement à l'origine duson? Alors le danseur est à la fois danseur et musicien, le corps fait entendre au danseur nonseulement sa musique intérieure mais également les ondes sonores qu'il génère dans l'espace. Lecorps devient un instrument double. Dans une expérience mêlant danse improvisée guidée ettechnologie, nous interrogeons l'influence de cette situation inhabituelle sur la créativité desdanseurs.

 

 

Session 2 

« Hybridation et robotique »

Les systèmes techniques sont une des solutions permettant de limiter les incapacités despersonnes en situation de handicap moteur. Depuis l’antiquité, une incessante inventivité est àl’origine d’un phylum de prothèses et d’orthèses évoluant, s’adaptant, se complexifiant avec lesprogrès techniques. Mais aujourd’hui, les progrès de la robotique, de l’automatique, et de lamécatronique laissent augurer l’avènement de prothèses réellement autonomes et « intelligentes »(c’est à dire douées de certaines capacités d’adaptation).Ce type de prothèse rend plausible des véritables situations d’hybridation, ou la prothèse estvécue comme un organe fonctionnel, en partie autonome et déposable. Le corps hybride, avec sesnouvelles possibilités d’action (et de perception), n’est plus un confidentiel objet d’expérimentationou de performance. Il doit éprouver la vie quotidienne et peut aussi se montrer pour démontrer sonefficacité (Cybathlon). Nous proposons dans cette session de présenter un état de l’art et des projetsréellement précurseurs.

 

13h30 - 14h00 : Introduction par Bernard Andrieu (Laboratoire TEC EA3625)

Titre : Hybrider les robots et robotiser les hybrides : à propos d’Alien Covenant »

Dans la nouvelle série d’Alien, et après Prometheus, le nouveau film de Ridley Scott, et avantAwakening (2018 ou 19 ?), l’opposition entre David et Walter, dans le contexte d’une relecture dela relation de la créature avec le Dr Frankeinstein au début d’Alien Covenant, indique bien commele robot bionique est fasciner par le corps vivant et la mutabilité de l’hybridationbiotechnologique. Nous reflechirons s’il faut hybrider les robots ou robotiser les hybrides suite ànotre travail sur le corps cacitaire, l’autosanté et les somatchnies hybrides

 

14h00 - 14h30 : Sélim Eskiizmirliler (Laboratoire CESEM, Centre d'étude de lasensorimotricité, CNRS UMR 8194, Université Paris Descartes)

Titre : Détection de types de Prise et de Force à partir des signaux corticaux pour lesInterfaces Cerveau Machine

Les Interfaces Cerveau Machine sont des outils prometteurs non seulement pour restaurerles fonctions sensori-motrices chez les patients (tétraplégiques), mais aussi pour les applicationsmilitaires, de divertissement, de sécurité et industrielles. Cette étude a été basée sur l'estimationde types de la force et du prise par décodage des signaux corticaux. Les données neuronalesinvasives (spikes) ont été enregistrées par une matrice de 100 micro-électrodes implantée dansle cortex moteur d'un singe, alors que les données non-invasives ont été enregistrées par uncasque EEG à 16 électrodes chez l'homme effectuant des mouvements d’atteindre et de saisir. Unréseau des neurones artificiels (ANN) a été utilisé pour décoder les informations neuronales etpour estimer le type de saisie (prise de précision ou de côté) ainsi que la force de préhension(faible contre élevée). Nous avons ensuite utilisé les informations décodées pour reproduire lesmouvements effectués par le singe et par le sujets sains avec deux bras robotiques de six degrésde liberté (ddl) portant respectivement une main robotique à deux doigts ayant onze (ddl) et unesimple pince à un ddl.

 

14h30 - 15h00 : Olivier Gapenne (Laboratoire Biomécanique et BioIngénierie (BMBI),CNRS UMR 7338 Université de Technologie de Compiègne, Chercheur associé au TECEA 3625)

Titre : Aspects théoriques de l’hybridation en substitution sensorielle

La thématique de la substitution sensorielle s'est réellement installée en recherche depuisune vingtaine d'année et est à l'origine d'une dizaine de publications par ans. Cette thématiquegénère de nombreux travaux expérimentaux, touchant notamment les disciplines de lapsychologie et des neurosciences. Il est clair cependant qu'il semble se présenter une vraiedifficulté dans la formalisation, la théorisation des processus en jeux lors de l'apprentissage etl'utilisation des dispositifs. Il sera donc question dans cette intervention des obstacles à l'originede ces difficultés et des pistes théoriques pouvant être mises en œuvre dans la production d'uneappréhension théorique de l'hybridation entre l'humain et les dispositifs de substitutionsensorielle.

 

15h00 - 15h30 : Adrienne Gouzien (Institut des Systèmes Intelligents et de la Robotique(ISIR), équipe Assistance aux gestes et Applications Thérapeutiques (AGATE, ERLINSERM U 1150)

Titre : Espace péripersonnel et incorporation d'une prothèse

L’utilisation d’un outil impose qu’il soit fonctionnellement intégré au corps. Les modificationsdu schéma corporel (cf les travaux de Holmes, Iriki) et des stratégies motrices (Bernstein)montrent que c’est l’extrémité fonctionnelle de l’outil qui est contrôlée. Le sentimentd’incorporation devrait être plus important dans le cas d’une prothèse portée par une personneamputée de la main. Nous avons étudié l’espace péricorporel perçu (par le paradigme de la limited’atteinte) chez des patients amputés et nous l’avons comparé à des questionnaires sur l’usage etles aspects subjectifs du port de la prothèse. L’espace péripersonnel est modifié chez les patientsamputés. La précision de l’estimation de l’espace atteignable varie avec l’usage de la prothèse etla qualité de son incorporation subjective de la prothèse.

 

15h30 - 16h00 : Remi Richard (Laboratoire EA 4614 SanT.E.SI.H, Université deMontpellier, chercheur associé du TEC EA3625)

Titre: L'expérience du corps "hautement technologisé" chez les participants au Cybathon

Le Cybathlon est une compétition sportive d'un nouveau genre qui confronte despersonnes sportives handicapées utilisant des technologies d'assistance avancées. L'objectif decette communication est double. A partir de l'analyse des discours des athlètes ayant participé àla première édition du Cybathlon en 2016, nous souhaitons d'une part comprendre la position dessportifs vis-à-vis de la "figure du cyborg" qui semble traverser cette nouvelle discipline, et d'autrepart mettre au jour l'expérience corporelle originale de ces athlètes "hautement technologisés".Nous mettrons ainsi en avant le décalage qu'il peut exister entre la figure du Cyborg et la réalitéquotidienne de ces sportifs. Aussi, nous pourrons constater que l'interaction homme-machineparticipe à la production d'un corps sportif "handi-capable" et propose une reconfiguration desmodalités d'être au monde.