GDRI 836

Body Ecology by Physical, Adapted & Sport Activity (BE-PASA)

coordonné par Bernard Andrieu

Titre du Projet 

L’écologie corporelle dans les activités physiques, adaptées et sportives (ECAPAS) : quelle philosophie, quelle éthique ?

Abstract 

The body ecology, in the permanent interaction of bodies and world, describes the hybridization of techniques and physical cultures with information incorporating into us the world surrounding human beings and non-human beings. The dualism which separates nature/culture, individual/collective, not human beings does not work in the ecological model. The body ecology is not the result an emergent property stemming from interactions between the body and its environment because it implies from the conception of the human body the incorporation of the world, the cultures and the technique in a hybridization of the others in ourselves. The physical world interconstitue by this coeducation in situation and product of the echos in our body to its unconscious cerebration which updates our worldly plasticity.

This ecology of the body in philosophy is not reduced what Philippe Descola describes as a phenomenologic anthropology of the being in the world from a antirepresentational emergentism of devices of connection enters the perceiving subject and its environment. Because with the affordance, the empathy, the neurons-mirror, the driving echo, the neuronal activation and the recalibration, the autopoiesis, the plasticity of the alive ecologize the body not to adapt it to a more and more selective environment but to show its future living in a given culture. We do not stop being immersed in the world without realizing it always to the point that lived of consciousness is only the part to appear from the ecological dumping of our body in the world.

Now with the voluntary brain, the intellectual unconscious and the laboratory of the psychological brain the body is not any more the narcissistic center of an individual dominating a nature transformed in an environment. In middle of the world and its brain the body incorporates the information in the same moment when it expresses by its various languages of the cultures the alive. More than a strict neurological determinism, the body is not either natural by its biology or completely cultural by its environment. By bio-culturality the sciences of the action, the bio-cultural anthropology and either only physical, the phenomenology of the body lived in 1st person, the nature/nurture opposition defines however the inhabitants of the technoculture we are.

Any philosophy reflects about the water the earth, the air and the fire since Empédocle by way of Kant until Bachelard. In the Chinese medicine five elements the Wood, the Fire, the Metal, the Water and the Earth inside movement Yin and yang which communicate between them the energy. In the Sicilian school of medicine, Philistion, where the properties of elements - the warmth of the Fire, the cold of the Air, the humidity of the Water, the dry of the Earth - are considered as active strengths a certain combination of which in the body produces, for example, the health, the degree of intelligence and the diverse temperaments or characters.

Have these techniques of the self, also called « culture of the self », which is a transposition of the medical care into « a certain form of consideration brought to the body, both unique and intense » and lifestyles extinguished because of their integration into various expertise systems and avowal mechanisms of medical objectification? : They « have without doubt lost a certain part of their importance and autonomy once integrated, along with Christianity, in the exercise of a pastoral power, and later on in our educational, medical or psychological practices ». Self-consciousness is not by essence selfish when considered as a liberal health management which would enable to isolate and empower without interacting with the others ; it rather shall be apprehended as « the attention that one takes out of the care that the others must take of themselves ».

Through self-health, the subject wants to act in an autonomous manner by incorporating experiential techniques that generates a routine: the treatment becomes a means of self-transformation. Self-health indeed refers to this concrete form of relationship with oneself, exercised in a practical manner: the subject acts on himself through treatments that affect the whole of his own self – this « holistic » cure distinguishes itself from allo-health which involves the intervention of a third party. Hence, the patient becomes agent of its own well-being as medicine develops self-treatment techniques: self-medication and selfdiagnosis. Each person then becomes an expert of his/her own body by connecting with himself/herself, by doing exercises where he/she becomes an object to discover and practices which transform our « own manner of being ».

Date de début du projet : Janvier 2015

Durée prévisionnelle du projet : 2015-2018

Organisation de colloque

Le GRDI-ECAPAS et le laboratoire PACTE organiseront les 1, 2 et 3 juin 2016 un colloque scientifique international à Le Pradel.
La thématique sera : Transition récréative et écologie corporelle.

Plus d'informations : https://iga.ujf-grenoble.fr/presentation/cermosem

 

Les établissements partenaires

En France

- UMR 5194 CNRS PACTE « Politiques publiques, ACtion politique, TErritoires », Sciences politiques de Grenoble, Université Mendes France

- EA 3625 TEC « Techniques et Enjeux du corps », UFR Staps, Université Paris Descartes

- UMR 7268 ADES « Anthropologie bio-culturelle, Droit, Ethique et Santé », CNRS, Aix-Marseille Université, Etablissement Français du Sang

A l’étranger 

- Faculty of Physical Education and Sport, Charles University in Prague

- Swansea University Prifysgol Abertawe, Great Britain

- University d’Oslo, Norvege 

- CNRS UMI 3189 « Environnement Santé Société », Dakar

Domaines scientifiques concernés par cette coopération 

Ecologie, Corps, Sport, Handicap, Philosophie du sport, Ethique du corps

Programme scientifique concis 

L’écologie corporelle (Andrieu, 2011) est une philosophie de micro-écologie du bien-être et de la santé. En modifiant ses pratiques de qualité de vie et de développement durable l’individu transforme l’écologie à travers des micro-situations et des micro-expériences. L’écologie corporelle n’est pas un discours, c’est une pratique corporelle d’activité physique qui engage notre responsabilité quotidienne : au quotidien à travers une réflexion sur nos gestes et ses conséquences pour autrui et la nature. Prendre soin de soi, des autres et de la nature est une même éthique concrète : l’écologie corporelle est une pratique de soi qui prend soin des autres par ses choix de vie. Avec l’écologie corporelle, la cosmotique ne se tient pas ni à distance ni en idolâtrie des éléments naturels, la nature n’est ni bonne ni mauvaise mais elle questionne sans relâche nos interactions physiques avec elle par les limites même de notre corps et l’inventivité verte de nos techniques.

Trois types de fondateurs de l’écologie corporelle, les naturistes et naturiens, les immerseurs écologiques et les émerseurs de conscience : immergés dans les milieux les écologues du corps font l’expérience par corps de la transformation de soi en s’adaptant de manière plus ou moins volontaire et consciente.

1/ Une écologie environnementale: remise en nature du milieu naturel et social à visée méliorative et recherche de qualité de vie

2/ Une écologie sensorielle: espace d'échange sensible entre homme et milieu s'offrant réciproquement l'un à l'autre (œcoumène) dans une visée fusionnelle

3/ Une écologie corporelle: exploration et apprentissage du milieu intérieur du corps, redécouverte d'une nature intériorisée.

 

Rappel du contexte de la coopération et des relations existantes 

Un premier colloque, réunissant les partenaires, s’est tenu à Nancy les 17- 19 avril 2014 dans le cadre de l’accueil de la European Association for Philosophy of Sport sur le thème : Alternative Body Practice in Philosophy of sport.

Cette association repose sur l’expérience de nombreuses collaborations entre les laboratoires et les chercheurs concernés depuis les années 2012-2014 (Colloques AFRAPS sur L’expérience corporelle et de EAPS sur Body alternative practices in philosophy of sport, à Nancy) : programmes de recherche en coopération, publications collectives (Revues Staps (2012), Sciences et motricité (2013) Revue EPS (« Elèves et sportifs hybride » en avril 2014), enseignement universitaire sur invitation, mobilité de chercheurs ou enquêtes de terrain. Les équipes peuvent donc mettre à profit les connaissances ainsi accumulées pour en dresser un bilan et dégager de nouvelles pistes de recherche.

 

Résultats attendus du projet 

●Identifier les lieux de production de connaissances philosophiques et éthiques sur l’écologie corporelle des activités physiques, adaptées et sportives en rapport avec la santé et le bien-être

●Rassembler et confronter les résultats de recherche sur ces thèmes.

●Dégager de nouvelles pistes de recherche et synergies entre chercheurs européens.

●Développer des programmes de recherche et enquêtes d’envergure : ANR, programmes européens, recherches comparatives internationales.

●Comparer les philosophies dans les programmes d’écologie corporelle.

●Favoriser la formation et l’échange entre jeunes chercheurs, doctorants et post-doctorants.

●Créer un espace de dialogue, par un blog, avec les spécialistes de la philosophie du sport.

●Organiser des rencontres régulières pour fédérer les chercheurs et jeunes chercheurs et présenter les travaux les plus récents et en cours.

●Développer des publications en commun avec les partenaires étrangers.

●Diffuser les connaissances auprès du public en contribuant à la connaissance des alternatives écologiques des pratiques d’activités physiques, adaptées et sportives.

ECAPAS contribuera au développement de publications de haut niveau dans toutes les langues impliquées par les recherches (français, anglais, espagnol, brésilien,..) résultant des travaux conduits en partenariat.

Les séminaires de l’ECAPAS seront publiés sous des formes et des supports variés et adaptés dans les différents pays partenaires.